2 crazy days – Quilatoa to Latacunga

On Saturday, we knew there was a festival of some kind going on in Zumbahua -a mere 12 km from Quilatoa. So we decided to leave that morning and go check it out! The 12 km of cycling that day hardly qualify as a ride, it was almost all downhill, though it gave us some practice with headwinds… All along, we saw people flocking to Zumbahua, even a little boy asked us if we were going to the fiesta! Looks like this party is the talk of the whole region! And indeed when we got there, the streets (unpaves) were milling with livelyness, most of which were people from Zumbahua and around. The ladies were almost exclusively dressed with their typical wear: felt hat, shawl, baby strapped to the back, black flowy skirt, white knee-highs and black high heels. They are very beautiful! The men have also adorned their felt hats for the occasion, and most of them also have striped ponchos. They also have Pilseners in their hands, or worse, agua de vida, made with sugar cane… The main place has a market with no touristy fare, its mostly useful clothes and household items here! There are also fruits and vegetables, huge sacks of rice and other bulk foodstuffs. Some people are selling prepared food, plopped on a sidewalk, preparing fried dough with onions and cheese, skewers of meat and plantain, Marc’s favorite fries topped with a fried egg and mayo…

After settling into a dinkly place to keep our bikes and gear, we hear music starting and the police are yelling at some parked vehicles (including one with a sheep strapped on top, yes, alive) to get out of the way, a parade starts. And it has the same glorious chaotic atmosphere as the rest of the festival. The parade is wonderful! We have prime seats on a sidewalk step to see the police fanfare, the native headwear dancers, the other groups of different folkloric dances. There are even little children dancing two by two. We eventually spot our friends from the Casa de Ciclistas, Joana, Marie and Axel. They have a room with a balcony overlooking the main place, so we join them for a while. The parade continues with some mounted cowboys of some sort, they were making their horses dance and go crazy!

More agua de vida and beer and fried fish later, the whole town headed a bit further down the street, where the bullpit was set up. There were rickety stands brimming with people on top and under. We got on one, but while we were enjoying the show, we were told we have to pay, and so began a glorious 10 minute butting of heads, us insisting that no one else paid and that they were just being unfair towards us extranjeros, them insisting that each stand was made by families and that they were reserved for the pueblo. We didn’t pay, but we also lost our appetite for staying at the bull show. So we wandered around the festival site, while the people were getting more and more drunk, and also bold enough to talk to us, ask us for money, etc.

It was a coldish day, so Marc and I didn’t notice the sunburn we got, so between that, the alcohol and the fried food, we were tired early. We missed the fireworks and dancing, but all in all, it was a good day!

Sunday, we planned on getting out of the Quilatoa loop, back to the middle of the country, where the PanAm runs her course. We set our sails for Pujili, a smallish town which lets us avoid the PanAm to get to Ambato. We knew it was going to be a bit uphill on the way out of Zumbahua, then we had to loose 1000m, so a lot of downhill on asphalt! Piece of cake, right? I wasn’t mentally prepared for the enless uphill cilmb. Because before going down, we had to get up to 4026m!! We had NO idea that it was going to take us nearly all day before hitting the descent. On top of it, it was cold, windy and we were both feeling a little sick from the fiesta… So it was hard work. When it started raining on a climb up around 3pm, I wanted to throw in the towel, but we persevered on… And we eventually got to a descent. When we saw the massive valley opening up to us 1200m below us, it was really impressive. The lands we had passed on the way were barren, plateauesque lands with barely a dog to chase after us. But what opened up in front of us was a massive vally of buildings and people! Return to civilization. The descend was literally hand-numbing, because it was sinewy and without respite.

When we got to Pujili, we were just so frozen and relived to have arrived. But then our second huge mistake of the day: there is NO WHERE to stay!! We were really sad, no only because we were tired, but because of how cute the town was! There was a big market and a “old town” with cobblestones and colonial buildings, the cutest par we’ve seen yet and itnwas just soooo charming. Never would we have imagined it to be impossible to find a place to stay. We felt like we were going crazy, because we asked many people, and they all said the same thing: El Capuli! Which was right in oldtown, and a lovely building. But when we rang the door, a man in a uniform, stuttering his spanish, informed us that it was no longer available to the public. What?looks like it was for students or something. We told him we couldn’t find a place to stay, but he insisted there was a place four blocks or four corners from here. Never found another place. We asked a t least 8 people and they all said El Capuli! So we zigzagged through the streets, hoping to spot some room for rent on our own, but nada! When we returned to El Capuli to ask again, the man said it was military and that they din’t let civils in. Ok, so that’s a no-no. But no one could help us find anywhere to stay! An hour after having entered Pujili, we had to leave for the next town: Latacunga. A big useless, urban center, which our friends had said wasn’t worth the detour. Well, looks like e have no choice. At least it is 10km downhill and no farther, because we are exhausted. We find a basic hostal on a busy street and stay there. They put ur biked in their shop and give us the key and we don’t even have the energy to find food. Luckily we still have some yogurt, a banana and oranges and some cookies. I was sad because sunday was fathers’ day and I wanted to talk to my dad… Love you daddy!

Tomorrow: la Casa de Ciclistas de Ambato

//

Samedi, on nous a dit qu’il y a un festival à Zumbahua, un petit village à peine à 12 km du Quilatoa. Nous avons donc décidé de quitter ce matin et aller y faire un tour, voir ce que ça donne! Les 12 km de vélo ce jour-là peuvent à peine être considéré comme une sortie de vélo, puisque c’est presque tout en descente. Ça nous a donné une bonne expérience avec les vents de face en descendant … Tout au long du trajet, nous voyons des gens se dirigeant vers Zumbahua, il y a même un petit garçon qui nous demande si nous allons à la fiesta! On dirait que c’est le “happening”  de toute la région! Et en effet, rendus là-bas, ça grouille de monde! La plupart sont des gens de Zumbahua et des environs, surtout des agriculteurs. Les dames sont presque exclusivement habillées avec leur costume typique: chapeau de feutre, châle, bébé attaché dans le dos, jupe noire aux genoux, bas blancs et talons hauts noirs. Elles sont très belles! Les hommes ont aussi mis leurs chapeaux de feutre pour l’occasion, et la plupart d’entre eux ont également leurs ponchos rayés. Ils ont également leurs Pilseners dans les mains, ou pire, de l’Agua de Vida, un alcool à base de canne à sucre … Au milieu de la place centrale, il y a un marché local, avec des vêtements fonctionnels et des articles ménagers! Pas d’artisanat ici! Il y a aussi des fruits et légumes, des énormes sacs de riz et d’autres denrées alimentaires en vrac. Certaines personnes vendent des aliments cuisinés dans la rue, de la pâte frite avec des oignons et du fromage, des brochettes de viande et de plantain, les frites (préférées de Marc) avec un oeuf frit et de la mayo …

Après nous être installés dans un petit hôtel pour sécuriser nos vélos et nos sacoches, nous entendons de la musique et la police qui hurle pour que les gens déplacent les véhicules stationnés (dont un autobus avec un mouton attaché sur le dessus, oui, vivant) puisqu’un défilé commence . Le défilé se déroule dans la même atmosphère glorieuse et chaotique, comme le reste du festival. C’est merveilleux! Nous avons des places de premier choix sur une marche de trottoir pour voir la fanfare de la police, les danseurs et leurs couvre-chefs indigènes, les autres groupes pratiquant différentes danses folkloriques. Il y a même des petits enfants qui dansent deux par deux. Nous repérons nos amis de la Casa de Ciclistas, Joanna, Marie et Axel. Ils ont une chambre avec un balcon donnant sur la place principale, nous les rejoignons donc.  Le défilé se poursuit avec quelques cowboys montés sur des chevaux; ils les font danser!

Quelques verres d’agua de vida, de bière et de poisson frit plus tard, toute la ville s’est dirigée un peu plus bas dans la rue, où l’arène des taureaux a été mise en place. Des stands de fortune pleines de gens dessus et dessous l’entourent. Nous nous sommes installés sur un de ces stands, mais alors que nous profitons du spectacle, on nous dit que nous devons payer. C’est ainsi qu’a débuté un glorieux 10 minutes de discussion, nous insistant sur le fait que personne d’autre n’a payé et qu’ils veulent nous extorquer en tant qu’étrangers, eux insistant sur le fait que chaque stand a été fait par les familles du village et qu’ils sont réservés pour eux. Nous n’avons pas payé, mais nous avons aussi perdu notre envie de rester au spectacle de taureaux. Donc, nous nous promenons autour du site du festival, tandis que les gens deviennent de plus en plus ivres, et qu’ils commencent aussi à avoir l’audace de nous parler, de nous demander de l’argent, etc.

C’est un jour frisquet, donc Marc et moi n’avons pas remarqué le coup de soleil que nous avons, de sorte que entre l’alcool et les aliments frits, nous sommes fatigués assez tôt. Nous avons raté le feu d’artifice et de la danse, mais dans l’ensemble, c’était une bonne journée!

Dimanche, nous avons prévu de sortir de la boucle Quilatoa et de remonter au milieu du pays, où la PanAm le traverse du nord au sud. Nous avons mis les voiles pour Pujili, une ville assez petite, qui nous permet d’éviter la PanAm pour nous rendre à Ambato. Nous savons que ça allait monter sur le chemin de Zumbahua, puis que nous aurions à descendre de 1000m, donc beaucoup de la descente sur l’asphalte! Facile, pas vrai? Je n’étais pas prête mentalement pour la montée sans fin. Parce que avant de descendre, nous devions monter jusqu’à 4026m! Nous n’avions aucune idée que cela allait nous prendre presque toute la journée avant de finalement entamer la descente. En plus de cela, il fait froid, venteux et nous sommes tous deux sous l’effet de la fiesta d’hier … C’est dur! Quand il commence à pleuvoir sur une montée à environ 15 heures, je veux jeter l’éponge, mais nous persévérons … Et nous arrivons finalement à une descente. La vallée massive qui s’ouvre devant nous, 1200m plus bas, est vraiment impressionnante. Les terres voyons à cette altitude sont un grand plateau stérile, avec à peine un chien pour courir après nous. Mais ce qui s’ouvre devant nous dans la vallée est plein de bâtiments et de vie! Retour à la civilisation. La descente est sans répit pour nos mains qui s’engourdissent à force de freiner.

Quand nous arrivons à Pujili, nous sommes tellement gelés et contents d’être arrivés. Mais alors, nous réalisons qu’il n’y a nulle part où rester! Nous sommes vraiment tristes, pas seulement parce que nous sommes fatigués, mais aussi à cause du charme de la ville! Il y a un grand marché et une «vieille ville» avec des pavés et des bâtiments coloniaux, le plus mignon parc que nous avons vu.  Tout est tellement charmant. Jamais nous n’aurions imaginé qu’il soit impossible de trouver un endroit pour rester. Nous nous sentons comme si nous étions fou, parce que nous demandons à beaucoup de gens, et ils nous dirigent tous vers le même endroit: El Capuli! C’est un hôtel qui est dans la vieille ville, un beau bâtiment. Mais quand nous sonnons à la porte, un homme en uniforme, qui bégaie son espagnol, nous informe qu’il n’est plus à la disposition du public. Quoi? Il dit qu’il a été réquisitionné pour les étudiants ou quelque chose du genre. Nous lui disons que nous ne pouvons pas trouver un endroit pour rester, mais il insiste qu’il y a un endroit à quatre blocs ou quatre coins de là. Nous n’avons jamais trouvé un autre endroit. Nous avons demandé à au moins 8 personnes et ils ont tous dit El Capuli! Donc, nous zigzaguons dans les rues, dans l’espoir de repérer des chambres à louer! Nous retournons de nouveau à El Capuli pour demander à nouveau, mais l’homme nous dit que ce sont des militaires qui occupent l’endroit et que les civils ne sont pas admis. Mais personne ne peut nous aider à trouver un endroit où rester ! Une heure après être entrés dans Pujili, nous la quittons pour la ville suivante: Latacunga. Un grand centre urbain quelconque, que nos amis nous avaient décrit comme sans intérêt. Eh bien, on dirait qu’on n’a pas le choix. Au moins, il se trouve à 10km de descente et pas plus loin, parce que nous sommes épuisés. Nous trouvons une auberge de base sur une rue très fréquentée et y rester. Ils ont mis nos vélos dans leur boutique attenante et nous ont donné la clé de la chambre.  Nous n’avons même pas l’énergie pour trouver de la nourriture. Heureusement, nous avons encore un peu de yogourt, une banane, des oranges et des biscuits. Je suis triste parce que le dimanche est le jour de la fête des pères et je voulais parler à mon père … Je t’aime papa!

Demain: La Casa de Ciclistas de Ambato

Advertisements

One thought on “2 crazy days – Quilatoa to Latacunga

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s